Dimanche 16 avril 2017

IMG-20140708-00086 - CopieHUELGOAT

Points remarquables de la forêt de Huelgoat
– 10 h / 14 h
Forêt piégée des possible(s)
Brigades poétiques mises en scène par Séverine Valomet

Musée du LoupLE CLOÎTRE-SAINT-THÉGONNEC

Musée du Loup
– 15 h
Une anthologie poétique du loup ?
Lecture de poèmes
par Jean-Pascal Dubost

la terrasseBERRIEN

Café-librairie L’Autre Rive
– 15 h
Entre territoire(s) et exil(s)
– Présentation de la maison d’édition
Les Hauts-Fonds avec Alain Le Saux
– Lectures de Paol Keineg et de Fatima Rodriguez
– Présentation de la maison d’édition Les Venterniers avec Élise Bétremieux
– 18 h
Murmurer les gwerzioù en polyphonie
Chants traditionnels avec ChuchuMuchu
– 19 h Petite restauration sur place possible à L’Autre Rive
– 20 h 30
De l’exil aux mouvement(s)
– Lectures de Gwenaëlle Rébillard, Caroline Cranskens, Violaine Guillerm et Jean-Pascal Dubost
– 22 h 30
Comme des mouvement(s) des possibles
– Ex Nihilo, duo improvisé théâtre et musique, par Corinne Frimas et Guillaume Roy

Toutes les lectures, les spectacles et les improvisations sont en entrée libre, participation aux frais bienvenue…


 > DEUX MAISONS D’ÉDITION INVITÉES

Les Hauts-Fonds est une maison d’édition de Brest qui donne à lire « des écritures qui ont conservé tout leur sel, sens et non-sens, rêvent sans visée publicitaire et agissent, suivant la raison comme la fantaisie dérivante ». Avec Alain Le Saux.
Les Venterniers (de Saint-Omer, près de Lille) pourrait se définir ainsi : « mot d’argot formé par le croisement de ventail (ou de l’espagnol ventana) et de lanterne. Ce mot désigne une variété de cambrioleur qui s’introduit par la fenêtre »… Avec Élise Bétremieux.
De la fantaisie dérivante en passant par la fenêtre, donc.
Et comme leurs catalogues ne pourraient pas être entendus sans des lectures, nous avons invité quelques-uns de leurs auteurs : Paol Keineg, Fatima Rodriguez pour les Hauts-Fonds ; Caroline Cranskens pour Les Venterniers.
Voir le site des Hauts-Fonds.
Voir le site des Venterniers.

> DES TERRITOIRE(S) VERS L’AILLEURS… UN CHEMINEMENT…

Des écritures qui partagent le chant et le cri… Paol Keineg nous dit, par exemple, qu’il « n’y a pas d’identité… mais un réseau mouvant de constructions mentales contradictoires » ; Fatima Rodriguez, poète galicienne, dont les mots « déchirent et suturent, ouvrent la porte arrière du temps, la mansarde du désir, les secrets et les trésors obscurs » ; Jean-Pascal Dubost, quant à lui, nous bouscule en entrelaçant les langues d’aujourd’hui et d’autrefois, les parlers des métiers ou les argots de nos villes et villages… Nous entendrons aussi ChuchuMuchu, quatre femmes qui chantent des gwerzioù, non pour le terroir, mais sans doute pour le réenchanter par leur polyphonie.

> VERS L’INTIME, VERS LE CORPS… POUR MIEUX CHOISIR SES EXILS…

Les projets de Gwenaëlle Rébillard, également plasticienne, se présentent comme « des matières en questionnement où la durée engage le corps dans une attention portée aux détails, aux micro-événements, aux gestes infimes, aux éprouvés du corps… ».
Caroline Cranskens, elle, parcourt les chemins de l’exil pour nous alerter « sur notre propre déperdition, sur l’air nauséabond qu’on accepte de respirer, sur le goût de la liberté perdu ».
Ou encore Jean-Pascal Dubost qui, partant de son « être-de- voix, édoncques être de chair », invente une poésie subversive et jubilatoire contre les usages de ce monde.

> EXILS HORS DE LA LANGUE… EX NIHILO : THÉÂTRE ET MUSIQUE IMPROVISÉS

La comédienne Corinne Frimas et l’altiste Guillaume Roy concluent la soirée avec un duo intitulé Ex Nihilo : « De rien. Partir de rien. Il s’agit de partir de rien, avec tout ce que l’on sait. Être libre d’inventer l’instant. Être sur le fil, changer, tout réinventer à chaque fois, imaginer de nouvelles règles du jeu. Deux improvisateurs qui ont eu envie d’inventer un théâtre improvisé au même titre que la musique s’improvise. Comment amener l’un à l’autre, suivre le débit… ? En créant un objet fait de musique et de textes, de sons et de présence, d’immédiateté ! »… Partir de rien pour arriver là où la parole s’épuise… un mouvement.

 

Publicités