Vendredi 11 mai 2018

PLOUNÉOUR-MÉNEZMonts_d'Arrée

La crête des monts d’Arrée
– 10 h
Dernière minute : en raison de la grève des trains, Édith Azam ne pourra malheureusement pas être avec nous.
La balade poétique se fera donc en compagnie de Brigitte Mouchel, guidée par Gilbert Cloarec
25 participants maximum, RDV Place de l’Église, PAF : 6 euros

Café-restaurant Roc’h Trédudon
(place de l’Église)
Un lieu à soi : dire les intimes

– 18 h
• Présentation de leur résidence d’auteures et lectures de Caroline Cranskens et Élodie Claeys
• Lecture de textes extraits d’Un lieu à soi, de Virginia Woolf, par Sophie Hoarau
(La Quincaille)
– 19 h 30 Petits plats, petites assiettes, un temps repas*
– 20 h 30
• Lectures de Claire Cuenot, Claire Le Cam et Maryvonne Coat, impros jazz d’Isabelle Olivier (sous réserve)
• Lecture d’extraits de Les Guérillères de Monique Wittig par Sophie Hoarau
(La Quincaille)

Toutes les lectures sont en ENTRÉE LIBRE, participation aux frais bienvenue

* LE REPAS DU VENDREDI SOIR, à Plounéour-Ménez – à un prix très raisonnable, concocté par une productrice locale et bio – est À RÉSERVER :
écrire à festival-les-possibles@orange.fr

 


La costumière et comédienne Sophie Hoarau, à travers les créations collectives de La Quincaille, commence à concrétiser ses envies d’écriture et de mise en scène. Le spectacle Projet Paul, en 2015, est sa première création personnelle. Pour le festival, elle lira des textes extraits de deux livres. Le premier, Un lieu à soi, un essai pamphlétaire de Virginia Woolf, publié pour la première fois en 1929, détaille, dans un style mêlant évocation, irritation et ironie, les conditions matérielles limitant l’accès des femmes à l’écriture. Dans le second, le roman Les Guérillères de Monique Wittig, paru en 1969, les femmes s’écrivent comme sujet collectif à la troisième personne du féminin pluriel (elles), et dévoilent soudain une force et une violence que de longs siècles d’oppression ont rendues explosives.


Publicités